Une histoire de style

S’il existe presque autant de types de tatouages que de tatoués et de tatoueurs, on peut cependant distinguer, au sein de la profession, quelques grands courants stylistiques. Petit lexique à l’usage des néophytes.

Old school : figuratif, le style old school renvoie aux tatouages traditionnels américains portés par les marins, les bikers mais aussi les adeptes du rockabilly. Il se distingue par ses lignes simples, ses couleurs vives et ses motifs généralement inspirés du rock’n’roll, des années 50 et 60, ou encore de l’univers militaire ou marin (pin-up, rose, cartes à jouer, boussole, dague, etc.).

New school : revisitant le style old school, il se caractérise également par des motifs très colorés mais contenant plus de dégradés et puise ses influences dans le street art, la bande dessinée, les comics ou les mangas.

Polynésien : très connu et répandu, le style polynésien s’inspire des tatouages rituels primitifs et est reconnaissable à ses lignes courbes et à ses motifs généralement symétriques et ordonnés.

Asiatique : inspiré des arts traditionnels chinois ou japonais (calligraphie, poterie, estampes), ce style met en scène des motifs très codifiés (dragon, carpe, tigre, bouddha, fleur de lotus, geisha, etc.), dont la signification varie en fonction du sens du motif et de l’endroit du corps ou il est placé.

Réaliste : comme son nom l’indique, il consiste à reproduire un sujet de la façon la plus réaliste et détaillée possible, à la manière d’une photographie. Particulièrement adapté aux portraits, ce style exige beaucoup de technique et de minutie.

Biomécanique : basés sur des compositions graphiques associant des éléments biologiques, organiques et mécaniques évoquant l’univers de la science-fiction, les tatouages biomécaniques sont souvent réalisés de façon à donner l’illusion que le motif se trouve sous la peau du tatoué.

Dotart ou art du point : inspiré du mouvement pointilliste en peinture, le dotart consiste à dessiner un motif, partiellement ou intégralement, point par point, afin de créer des effets de matière et de donner des nuances au tatouage.

Horror : sombre et très apprécié des amateurs de metal, le style horror s’inspire de l’univers visuel des films d’horreur et privilégie les motifs aux connotations violentes, gores ou macabres (crâne, tête de mort, zombie, cimetière, lettres sanglantes, etc.).

horreur

 

twitter facebook

 

bouton-retour